28 mars 2006

It’s a meeee, Mariooooo !



Sacré plombier. Depuis vingt ans, le gros moustachu sautillant occupe la scène vidéoludique (et, malheureusement, pas uniquement) sans montrer aucun signe de fatigue. L’absorption massive de champignons aux couleurs douteuses n’a pas réussi à déstabiliser ses compétences de tueur de tortues. Et pourtant, dieu sait que la guimauve qui lui sert de décor a de quoi écœurer. Tout est mignon chez Mario. La princesse est mignonne. Les ennemis sont mignons. Les châteaux, les fleurs, les pièges, les fantômes, les tuyaux, tout est mignon. Mignon, mignon, mignon. Et puis, c’est TOUJOURS la même chose. C’est toujours la princesse à sauver et des étoiles à collectionner. C’est niais, mais niais ! Pas étonnant que Nintendo se traîne une réputation d’éditeur de jeux pour gamins, avec un truc pareil. Alors qu’il y aurait moyen de bien rigoler avec un version adulte de cet univers, non ? Un gros plombier italien, des dinosaures, des princesses et des champignons qui parlent… Remarquez, ça pourrait vite être effrayant.

Evidemment, l’histoire de Mario, on s’en fout un peu. Ce qui compte, c’est le gameplay, et de ce côté-là, ça assure. Bon, il faut aimer les jeux de plate-forme, mais dans le genre, c’est ce qui se fait de mieux. Précis, peaufinés, soignés, chaque nouvel épisode a défini un standard. Mais les nouveautés d’un opus à l’autre ne sautent pas forcément aux yeux. Pour le prochain New Super Mario Bros. sur DS, on nous annonce qu’un bonus permettra à Mario de devenir aussi grand que l’écran (incroyable !), et qu’un mode multijoueur fera son apparition. Rien de fondamentalement révolutionnaire. Et pourtant, ça n’empêchera pas Nintendo d’en vendre des caisses aux fans aveugles. Je le sais, j’en fais partie.

Reste que l’indigestion guette. La licence Mario a été très souvent déclinée dans différents styles de jeux, le plus souvent avec bonheur – MarioKart, anyone ? En revanche, depuis un an, c’est une véritable avalanche : Mario Tennis, Mario Golf, Mario Smash Football, Mario Superstar Baseball, Mario Party 5, 6, 7, mamma miaaaaaaah n’en jetez plus au secours. Il aura bien mérité son salaire, le Mario. Attention, ces jeux sont tous de bonne, voire très bonne qualité, ne vous méprenez pas. Simplement, sortir le plombier à toutes les sauces, ça relève plus de la fainéantise qu’autre chose. C’est sûr, c’est plus facile (et plus rentable) de coller un univers tout fait sur un jeu de sport plutôt que d’essayer de créer quelque chose d’original. Mais par contre, ça risque de lasser un peu le public. Un jeu Mario, jusqu’ici, c’était un événement très attendu, un objet de désir et d’excitation, et le trajet jusqu’au magasin de jeu le plus proche le jour de la sortie prenait des allures de voyage mystique. Maintenant qu’il en sort un toutes les deux semaines… Va falloir y aller mollo, les gars, surtout avec l’arrivée de la Revolution. Sinon, vous allez finir par tuer la poule aux œufs d’or. Roooh mais non, je ne parle pas de la princesse.

**Knox

4 commentaires:

Kayoo a dit…

c le mieux celui la je pense, le plus accessible en plus

Mat a dit…

terrible la vidéo du gamin

marie a dit…

carrément effrayante, tu veux dire...

David Bowie's official lookalike a dit…

nice take on a rather classic subject my friend