02 juin 2006

Oh my Vinci God



Ah le Da Vinci Code, on en mange depuis au moins deux ans et pourtant vous en redemandez. Après avoir subi les lecteurs du pavé de Dan Brown dans le métro (il suffisait de lever les yeux pour voir au moins une personne avec le bouquin dans les mains), voici l'avènement des produits dérivés. Responsable de nombreuses tendinites et d'épaules déboîtées, voilà que resurgit le seller qu'il est le meilleur. C'est bien simple, il est chic de ne pas l'avoir lu et moi j'ai trop la classe.

Après le livre, le film, le film porno, les détournements et bien entendu le jeu vidéo. L'artillerie lourde du marketing est déployée, il est alors difficile de ne pas en parler. De toute façon, même sans avoir parcouru le livre, on connaît l'histoire. Et je peux par conséquent en dire du mal. Joie.

Le jeu The Da Vinci Code vous propose de revivre l'aventure des deux ahuris et de résoudre l'énigme qu'elle est mystérieuse. Super! Moi j'attendais un first person shooter dans lequel Tom Hanks et Audrey « cutey pie » Tautou devraient faire équipe pour annihiler les hordes sataniques et découvrir les secrets qui peuvent changer la face de l'univers. Jean Reno aurait fait un bon boss de niveau, une sorte de poulpe faché et mal rasé. Ah, résoudre des enquêtes au napalm, voilà de quoi relancer les tribulations de l'inspecteur Navarro.

Et puis non, il s'agit de jeu d'aventure reprenant la trame principale du livre, avec quelques ajoûts. Après avoir lu le bouquin, vu le film tout en sachant pertinemment ce qui allait se passer, voici le jeu dont on connaît la fin et les indices à chercher. Jouer à The Da Vinci Code, c'est un peu comme se taper une rediffusion de Premier Baisers, c'est simple on tombe dessus par hasard et on s'enfuit en courant au bout de 15 secondes, avec l'envie de casser les dents d'Annette.

La Da Vinci mode est aussi à l'origine de projets parallèles, vampirisant un concept déjà exsangue. Et pourtant, une bonne surprise attend les amateurs de jeux d'aventures et d'énigmes tordues à résoudre. The Secrets of Da Vinci : le Manuscrit Interdit vous propose d'enquêter au Château du Clos Lucé, dans lequel l'inventeur a résidé et qui cacherait son atelier secret. Ensuite, au joueur de fouiller et de découvrir les "mystères qui auraient dû rester mystérieux mais que voulez-vous on voulait sortir un jeu alors le mystère sera levé désolé". Petite originalité, les actions influent sur l'alignement du héros (bon, mauvais, centriste), ce qui permet de résoudre les quêtes de différente manière, avec cinq fins alternatives. J'ai essayé le jeu, je n'ai pas accroché, mais c'est sans doute parce que je n'aime pas ce genre. Et puis la musique insupportable m'a donné envie de fracasser les dents d'Annette.

Préparons-nous à l'avalanche de produits dérivés et autres saloperies marketing. Les Da Vinsims ne devraient pas tarder à sortir, avec comme nouveauté une nouvelle profession : inventeur et des tas de tenues gothiques et religieuses. Carton assuré.

** Cham

1 commentaire:

Daz Vini a dit…

Alors comme ça mauvaizefoiman, il a lâché le sorcier en culotte, et il s'est mis dans le crâne qu'il y a des conspirateurs obscurs dans les coins sombres, près à fondre sur leurs proies crédules rien que pour leur faire acheter des places de concerts pour le grand spectacle de la rentrée : Da Vinci Life, de Robert Hossein avec dans le rôle titre le mari de Cristiana qu'elle le vaut bien.

Je ne dirais qu'une chose : lolersk2k6.


Edit : Pax Yosha.