07 mars 2006

A la recherche du temps perdu



« Bon allez, je finis ce niveau et je vais me coucher ». Qui n’a jamais prononcé ces quelques mots, à deux heures du matin ? Un bon jeu vidéo est un jeu qui vous emporte et qui vous fait oublier la notion du temps. Si vous pensez à autre chose en jouant, c’est que le jeu n’est pas bon ou que vous n’êtes pas capables de vous concentrer. Il était autrefois simple de faire des sessions de jeu, quelques heures devant l’écran à la suite, le temps de faire avancer un peu l’histoire ou de débloquer le kart secret de Wario. On progressait et il y avait clairement des moments idéaux pour éteindre la console : un boss, une borne de sauvegarde, une planète qui explose.

Avec l’avènement du MMO (jeu en ligne massivement multijoueur), les choses changent radicalement. Les joueurs d’Ultima Online (premier MMO digne de ce nom) ont découvert un univers persistant et en évolution permanente. Dès lors, la notion de pause, d’étape ou de niveau a perdu tout son sens. Il est toujours possible de faire quelque chose, de rencontrer de nouvelles personnes, de chercher des ingrédients pour préparer des cuissots. Le jeu n’impose plus de limites artificielles, contrairement à certaines créations telles que Nintendogs (il n’est possible de jouer que quelques dizaines de minutes à la suite). Le MMO donne une illusion de liberté et finit par nous manger tout notre temps si on ne fait pas attention. En cherchant bien, vous trouverez sans doute un mail collectif qui vous narre la triste mésaventure du jeune Kevin (ou Brandon / Dylan vous choisissez) qui est mort après avoir trop joué à son MMO préféré.

Mais l’objet de cette chronique n’est pas les méfaits du MMO, je suis bien trop drogué à ce genre pour avoir une once d’objectivité. J’ai plutôt envie d’une bonne tasse de café et de réagir sur l’excellente chronique de David Sirlin que Knox a eu la bonté de me montrer. David Sirlin nous explique avec une argumentation bien construite et bien amenée que le MMORPG récompense bien plus le temps investi que l’habileté ou la maîtrise du jeu (on dit aussi phat skillz chez les pros). Difficile de ne pas être d’accord avec cette thèse, puisque elle consiste à enfoncer des portes ouvertes. Il est évident que dans la mesure où le client doit payer un abonnement mensuel pour jouer, la compagnie qui lui vend ce droit de jouer va faire en sorte que le joueur reste abonné le plus longtemps possible. S’il est possible de faire le tour du jeu, d’avoir le meilleur équipement et la recette des cuissots mystiques en quelques semaines de jeu, alors Blizzard n’a plus qu’à mettre la clé sous la porte.

Le système du MMO récompense à la fois le temps investi et les capacités. Il est bien évident que le mécanisme a ses travers, mais il m’apparaît comme le meilleur des compromis possibles. Si je joue à World of Warcraft, c’est précisément pour ne pas me retrouver face à des Quakers fous ou à des professionnels du head shot. Je veux être capable de me défendre contre des maniaques de la souris et des raccourcis claviers. Je veux que ma partie dure plus de quinze minutes, je veux passer des heures à tuer des sangliers avec ma guilde pour faire des cuissots mystiques. Je veux que le temps que j’ai passé à nouer des liens et à faire des quêtes soit récompensé. Je veux pouvoir hurler « Place manants ! » parce que j’ai gâché mon temps plus efficacement que d’autres. Si j’avais eu ce que je voulais rapidement, il y a bien longtemps que j’aurais arrêté de jouer, alors que je continue à payer ma cotisation mensuelle, avec un sourire béat en plus.

**Cham

4 commentaires:

Marie a dit…

Bravo pour la pochette! ;-)

Un lecteur intrigué a dit…

Cuissot mystique? ça a l'air bon.

Marie a dit…

oui, je veux bien la recette... ou bien que tu m'y fasses goûter!

un lecteur reconaissant a dit…

full titties!!!