23 mai 2006

Le futur n'est plus ce qu'il était


J’aimerais bien avoir une machine à remonter le temps. Si possible sous forme d’une vraie DeLorean, mais à la limite, une bonne grosse R5 toute pourrie ferait l’affaire. Du moment que ça me permet de revenir à l’époque dorée où les jeux vidéo c’était mieux. A l’époque où un graphiste et un codeur dans leur garage pouvaient pondre des chefs-d’œuvre en deux mois de travail acharné. A l’époque où tout était à faire, où le jeu vidéo n’était pas encore une industrie, où chaque jeu était un concept à lui seul, où la créativité n’était pas un frein au développement mais plutôt le principe de base de toute nouvelle sortie.

Aujourd’hui, faire un jeu vidéo, c’est très compliqué, et surtout fort coûteux. Il faut un budget de malade, une équipe d’au moins 30 personnes, et il faut trouver un éditeur qui soit prêt à financer l’affaire. Et il va sans dire que l’éditeur en question aura plus envie de financer un Doom 4, un Final Fantasy XXVI ou un Castlevania WhatTheFuck qu’un projet complètement nouveau qui ne ressemble à rien de connu. Question de business. Il n’y a qu’à voir ce que les consoles next-gen (Wii mise à part) proposent dans leur catalogue : des suites de best-sellers, avec de meilleurs graphismes et un nouveau chiffre accolé au titre.

Du coup, tout joueur qui se respecte, et qui a plus de vingt ans, a forcément installé sur son PC un émulateur. Histoire de se refaire une partie de Quackshot, par exemple. Et tout joueur un peu con snob se fera un plaisir de crier à qui veut bien l’entendre qu’il ne joue plus que sur sa NES vintage (il aura d’ailleurs tendance à ne citer les jeux que par leur titre japonais d’origine : « J’adoooore Zelda no Densetsu, c’est complètement génial ! »). Ce désir de plus en plus répandu de croquer dans une madeleine de Proust numérique s’appelle le retrogaming. Et j’y ai succombé, comme beaucoup d’autres. Notamment pour les jeux d’aventure point’n’click des années 90. Monkey Island, Day of the Tentacle, Sam & Max, Space Quest, Leisure Suit Larry et consorts… Dès que j’ai eu accès à Internet, je me suis empressé de retrouver les jeux qui m’avaient fait rêver étant gamin.

Et puis là… Bizarre. Il s’est passé un truc. J’ai relancé chaque jeu, j’ai pris énormément de plaisir à revoir tout ces personnages familiers, a siffloter chaque musique connue… mais au bout de deux ou trois heures, pour la plupart, j’ai arrêté, et je n’y ai plus touché. La flemme. J’en ai fini un ou deux, mais pas plus. Je suis ravi de les avoir sur un coin de mon disque dur, je les relance régulièrement, histoire de mater l’intro une nouvelle fois, mais je ne vais pas plus loin. Que s’est-il passé, moi qui passait des journées entières rivé à ces jeux ? Mon dieu ! Est-ce que j’aurais… grandi ? Est-ce que finalement, la fascination qu’exercent sur moi les vieux jeux viendrait du fait qu’à l’époque j’étais… petit ?

Toujours est-il que les éditeurs ont bien compris que la tendance du retrogaming était une mine d’or. Il n’y a qu’a voir les multiples rééditions de classiques qui remplissent les étalages (salut Capcom ! hello Nintendo !), et le fait que la Xbox360, la PS3 et la Wii proposeront toutes des vieilleries à télécharger. Heureusement, au milieu de tout ces jeux poussiéreux, quelques titres tentent de ressusciter les gameplays d’antan, notamment ceux des jeux d’aventure. Dreamfall, la suite de The Longuest Journey, reçoit de bonnes critiques (bien que les avis divergent, et dix verges, c’est énorme), et surtout, surtout, un nouvel épisode de Sam & Max est en préparation, après moult reports, annulations et changements de développeurs. Bon, il me reste dix minutes avant d’aller acheter du pain, je vais me relancer Maniac Mansion. Non, c’est pas pour jouer, juste pour me souvenir.

**Knox

8 commentaires:

Cham a dit…

Et pense à ramener du tarama y'en a plus.

Naztalgik a dit…

Arghhh mouiis, ces bons vieux P&P LucasArts... Mhmm sweet.

C'est un peu comme les parties de Mario Kart... Ce sera toujours mieux sur Snes (je sais y'a des fans de la version bump-jump-bump 64)... Ah on me commente dans l'oreillette une remarque d'Isabelle, 64ans, Boulogne

"C'était mieux avant".


Edit : Putain, je le savais... Cham&Knox uncensored... Brokeback to the Future FFS www.youtube.com/watch?v=zfODSPIYwpQ

Granraf a dit…

Pour la Timemachine, feuzez gaffe quand même d'après Marty McFly, dès que t'y touches, c'est un bo bordel.
Bon, moi aussi, je trouve sympa les vieux jeux, n'empèche que quand j'ai retouché aux vieux Shinobi, Target-Renegade, ou Final fight, ça m'a bien calmé, vu que en gros (le mot est bien choisi) la tête des persos est composée de genre 3 pixels énoooormes. C'est assez laid, même avec une âme d'enfant.

sinon, Knox, je te confirme que pour sortir un jeu de folie, ya pas besoin d'une armée de programmeurs et du budget de la défense américaine, l'esprit développement dans le garage survit. Je te montrerai ça dans pas longtemps...

mat a dit…

mais au bout de deux ou trois heures, pour la plupart, j’ai arrêté, et je n’y ai plus touché. La flemme.

ouais mais c'est parce que t'as pas rejoué aux bons jeux.

je suis d'accord que ca marche pour la plupart, mais certains genre Another World, Flashback, Day of the tentacle, Prehistorick, ... j'y rejoue tjs avec autant de plaisir. Meme si c'est moche.
Mais par contre, jouer à un "super" jeu de l'époque auquel j'avais pas joué, ben là franchement, j'accroche pas, mais pas du tout.

Knox a dit…

Tu soulèves un point intéressant Mat : tu rejoues, comme moi (mais il fallait bien faire des raccourcis dans cette chronique), avec plaisir aux anciens jeux qui ont bercé ton enfance. Mais les chef-d'oeuvres auxquels tu n'as pas joué te laissent de marbre. Donc, finalement, ce n'est pas la qualité intrinsèque d'un jeu qui fait que tu y reviens, mais juste le fait que tu y as joué étant gosse.
Donc, madeleine de proust, donc CQFD.

Cham a dit…

"is it a bird, a plane, a flying monkey?

-No! It's mauvaise foi man!"

Knox a dit…

Look who's talking.

Madelaz a dit…

Mauvaize foiman!!!! Dadadalala!!! Mauvaize foiman !!! Dadadalala!!! lalala la lalala la lalalala lalalala...

Et sinon nan pas d'accord, un chef d'oeuvre est un chef d'oeuvre, avec 3 pixels ou moult tities... Surtout avec moult tities.

U need an example? Ok ill give you one... Kiddo, je jouais pas trop a tetris, et pourtant, quand je me fais une partie maintenant, et bien ça dure des plombes... Pareil avec Bomberman... Pareil avec Street Of Rage ou Another World... Bon ok ceux là j'ai bloqué à mort dessus petit donc y'a peut être un côté grive de Chateaubriand.