16 juin 2006

Lapin compris



Raymond Devos ne verra jamais une adaptation de Dune digne de ce nom, et c'était un de ses grands regrets. "Dune, quand te verrai-je du haut de cette dune, mais quelle dune est dune?". Sacré Raymond. Il fut comme moi incroyablement déçu par l'adaptation cinématographique signée David "wheredidmymoneygo" Lynch. Ce "film" peut être assimilé à un space opera indigeste, avec des grumeaux de Sting et des morceaux de costume d'Haroun Tazieff dedans. Du grand n'importe quoi, un saccage, une trahison, une hérésie, une pizza à l'ananas.

Et pourtant, le cycle de Dune est une véritable mine d'or. Les développeurs des années 1990 l'avaient bien compris et avaient sorti moult jeux inspirés de cet univers. Partant d'un même livre, deux studios ont livré des projets totalement différents et révolutionnaires. D'un côté, Dune, développé par Cryo, est une aventure inoubliable pour quiconque a un jour eu l'occasion d'y jouer. Le jeu reprend fidèlement l'univers imaginé par Franck Herbert (avec quelques entorses mais bon on va pas chipoter). On joue le jeune Paul Atréides, dans un mélange délicieux de jeu d'aventure et de gestion. Le public masculin n'a toujours pas oublié la déclaration d'amour que fait Chani au héros, à défaut d'attirer le regard de Kelly (quelle pimbèche celle-là) au collège, on pouvait toujours se rattraper avec la fille du chef local, ça avait quand même plus de classe.

Le deuxième jeu sorti dans la foulée, Dune II : The Building of a Dynasty ( ou Dune II : The Battle for Arrakis pour nous les Européens) est celui qui a sans doute le plus influencé l'industrie du jeu vidéo en affirmant les bases des jeux de stratégie à temps réel à venir. Dune II n'est pas le premier RTS, mais les studios Westwood ont intégré l'utiastion de la souris et la sacro-sainte routine "on récolte des ressources, on construit des bâtiments et des chars en sortent, on les envoie anéantir la base ennemie, recommencer jusqu'à obtenir l'effet recherché". Et les RTS actuels obéissent toujours à ces règles, avec quelques variations (comme les héros dans Warcraft III).

Ensuite, la saga vidéoludique de Dune s'essouffle. Westwood retente le coup du RTS avec Emperor : Battle For Dune, il s'agit surtout de Dune II avec un beau moteur 3d, pas grand chose à signaler, je me suis rué dessus car je suis un fanatique. En faisant un effort colossal, je peux admettre qu'il ne plaise pas à tous. Bon sang, je deviens mou moi... On touche le fond avec Frank Herbert's Dune, une bouse à oublier. Je veux bien être de mauvaise foi et considérer que tout ce qui touche à Dune est génial, mais là non, c'est tout pourri. Ce jeu a marqué la fin de Cryo.

Le cycle de Dune est aujourd'hui délaissé et c'est bien dommage. C'est une spéciale kasdédi à monsieur EA. Pourquoi se prendre le chou à embaucher des créatifs alors qu'il y a tout sous la main : science-fiction (sans hippies en pyjamas, saloperie de jedi), un univers cohérent, des caisses de civilisations humaines, des palettes d'intrigues politiques, des héros et des vilains si t'en r'veux y'en r'na, une réflexion philosophique sur le pouvoir (plus que "le pouvoir corrompt" bla bla saleté de jedi), une histoire qui s'étire sur des millénaires et surtout IL N'Y A PAS DE JEDI. Ah qu'on me donne un FPS avec la possibilité d'incarner un danseur-visage, tueur psychopathe capable d'assimiler l'apparence de sa victime et surtout ses souvenirs, au risque de perdre sa propre personnalité. Merde c'est quand même autre chose que Sam Fisher, ses complots et ses lunettes à la con...

Et c'est ça qui compte, la possibilité de rêver et d'imaginer de bons jeux... C'est finalement cela la puissance d'une oeuvre, sa capacité à nous emmener et à stimuler notre imagination.

** Cham

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Aaaaah Dune II. Voila du jeu qu'il était bien, quand mon gros pixel rouge (Harkonen) il foutait sur la gueule aux petits pixels bleus (Atréides, bande de lopettes). A l'époque ca marchait pas toujours très bien, mais on se plaignait pas nous monsieur. Pas comme ces jeunes cons qui patchent à tout va. En plus du haut de mes 8 ans à l'époque je savais pas pourquoi mais j'aimais bien Chani. Que de mystères résolus de nombreuses années plus tard...

Kevin

PS: je sais pas si vous avez remarqué, mais les mecs déguisés en jedi aux conventions SW, c'est toujours des gros...

Anonyme a dit…

Ah et puis aussi, j'ai pas compris la BD cette fois...

Kevin

Knox a dit…

Alors la BD, c'est très simple, y a rien à comprendre, c'est volontairement absurde.
C'était histoire de faire du Lynch.

Jedaz a dit…

Putain nan mais nan mais nan mais nan : Un Jedi / des Jedi
c comme un Sith / des Sith... Un padawan / des padawan...

Et pis en plus ton "Quizz @" il se fait niquer par n'importe quel padawan

Nan mais.

Cham a dit…

Argh la faute à Jedi, Knox m'a fait les gros yeux.

En revanche, je maintiens que le kwizhaxx pwnZ0r les j3d!. Saloperie de Jedi.

Must...Kill...All...Jedi...

Jedaz Mastaz a dit…

Bon donc, donc... Da fight is on.
Omgune VS FTWars...

Donc argumente coco, paske ton messie là, il fait un peu jean-baptiste le berbère, tu vois... A la sauce chuis aveugle like a Dipe... Il m'a pas l'air zuper p0waD...

Vu qu'un Jedi :

1/ Il t'ouvre le fight avec un "jedi mind trick" ou qu'après tu te prends pour Tim Allen dans Raymond.
2/ Tranquilou bilou pendant que tu renifles le cul d'un vers des sables, il te "force freeze" et qu'après t'es tellement paralysé que tu ne sens même plus tes puces te ronger la peau.
3/ Là dans un gracieux "force jump", il se rapproche tel un cabri encapuchonné.
4/ /usezeforcetopickhislightsaber.
5/ /usezeforcetolighthislightsaber.
6/ Et voum voum, il te charcute en petits bouts... Pour le plaisir. Voum voum.

Edit : Une vanne pas drôle de linguiste du dimanche s'est glissée dans ce texte, seras-tu la retrouver?

Cham a dit…

Haha jeune fou tu n'as pas lu Dunezebook jusqu'au bout, tu t'es sans doute contenté de survoler l'ouvrage.

SPOILERZ W4rN!NG

Paul le bigleux n'est pas le kwizh4xx, son descendant l'est (pratique comme ça on peut vendre plus de bouquins, à ma garnde joie).

edit : flemme de chercher la blague moisie.

Linguaz a dit…

Rah hah vieux fripon... Tu croyais me berner avec tes histoires de Dune Ze Story... Mais neni... Je sais bien que dans Les Enfants Of Dunezebook, c'est le fils à Paul qui pête tout en courant tout nu dans le désert et en se collant plein des vers partout... Mais comme je n'ai pas ta science en dunezeunivers, je m'étais embrouillé sur l'AOC des persos... La culpa mia... D'autant que là, c'est WORLD CUP (et qu'en plus en... EN PLUS... Bref ceux qui suivent auront compris), donc je suis un peu distrait.

Toujours est-il que : Jedi 1 / Paul 0.

Et voilà.

Edit : Aveugle like a Dipe... a dipe=Oedipe=aveugle...
Edit 2 : Pour ceux qui ont dormi en cours d'anglais dès la 6°, "dipe in shakespearian is an ancronyme that stands for Diisopropyl Ether" - Soit en français de l'éther disopropyle, un solvant bien costaud qu'il fait pas du bien si tu te le mets dans l'oeil. D'où vanne...

Comment ça je m'autorigole?