20 juin 2006

Previously on Skibidi


J’en ai déjà parlé sur Skibidi, mais je vais remettre une couche de sauce : les jeux vidéo sont bien partis pour disparaître des linéaires chez Carrefour. La dématérialisation (ouais comme dans Star Trek) des jeux est en passe de devenir le futur standard de l’industrie. Ca avait commencé avec la disparition des jolies boites en carton épais, avec manuels en couleurs, posters et autres goodies (j’avais eu un pin’s Capitaine Crochet avec Hook), le tout remplacé par de bêtes boîtiers DVD. Ca s’accélère depuis quelque temps avec le téléchargement légal. De nombreux éditeurs proposent d’acheter votre jeu en ligne et de le récupérer par Internet sans avoir à faire la queue à la caisse. On trouve même des plateformes de téléchargement indépendantes, comme Metaboli, qui vous permettent moyennant un abonnement mensuel de télécharger tous les jeux qui vous intéressent dans un catalogue de plusieurs éditeurs.

Et maintenant, les développeurs s’y mettent. L’industrie du jeu, ça marche en gros ainsi : un développeur a une idée de jeu, il cherche un éditeur pour la financer, l’éditeur prend en charge le coût de développement, la fabrication, la mise en magasin et la publicité. Forcément, c’est pas donné, et l’éditeur se taille une marge bien grasse pour compenser. Et si le jeu est un carton, les développeurs ils sont tout tristes parce que ils se disent qu’ils auraient pu gagner plus. C’est pour ça que, de plus en plus souvent, les gars font leur jeu dans leur coin et le vendent direct sur leur site, sans passer par la case édition. Le roi du genre, c’est VALVe, les créateurs de la série Half-Life. Depuis le deuxième épisode, ils ont mis en place leur plate-forme online STEAM, qui mérite bien son nom d’usine à gaz. On pouvait acheter Half-Life 2 chez le boulanger ou bien sur leur site, ce qui leur a valu de s’engueuler copieusement avec leur éditeur Vivendi Games (avec procès et tout). Rebelotte avec l’extension du jeu sortie il y a deux semaines. Là, c’est uniquement sur le net qu’on peut le trouver. Et, astuce de furet, ce nouveau titre, Half-life 2 : Episode One, est découpé en quoi ? en épisodes bravo.

Le retour en force de la série TV, avec 24, Lost, Desperate Housewives et tous leurs amis, a dû inspirer quelques personnes dans le business du jeu. C’est vrai que le modèle épisodique, avec effets spéciaux et cliffhanger de folie à la fin, n’a pas vraiment été appliqué à cette industrie pour le moment. Pourquoi pas effectivement, mais il va falloir que le gameplay suive le changement de format. De même que les séries TV actuelles ont secoué le genre et font de l’ombre au cinéma, j’espère que le jeu vidéo va sortir rafraîchi de cette expérience. Parce qu’avec un jeu à 20 euros et 3 à 4 heure de durée de vie, il y a intérêt à ce que je sois scotché à mon siège si les mecs espèrent que je vais revenir. Ce qui n’est pas gagné pour l’instant. Il ne suffit pas de découper un film ou un jeu en tranches pour en faire une série. Il faut aussi distribuer des pin’s.

**Knox

3 commentaires:

meduz' a dit…

Ouais mais nan : Steam est arrivé avec CS 1.6, pas avec Half-Life 2.

STFU, Bande de n00bzor, LOL.

Cham a dit…

Pwn3d by t3h M3DuZ one!!1one11eleven!1!one1one!!one1!

Knox a dit…

Ah nan mais attends mais je fais ce que je veux. L'histoire je la réécris, WTF.

Et ça change rien à ce que je disais.

MAUVAIZEFOIMAN !